STOP au pillage du travail paysan

1634

 Gabriel ATTAL ne propose pas de solutions concrètes pour sortir l’agriculture de la crise qu’elle traverse. Une fois de plus le Chef du gouvernement, lors de sa déclaration à l’Assemblée nationale, n’a pas répondu à la principale demande du monde paysan : En finir avec le pillage organisé de son travail.

Pillage organisé par la mise en concurrence sans limites des agriculteurs en France, en Europe et dans le Monde.

Pillage organisé par des lois qui maintiennent les producteurs sous la domination du négoce et des grands groupes industriels et financiers.

Le gouvernement tergiverse, ne répond pas aux demandes des agriculteurs, laisse pourrir la situation. C’est la démonstration que nous sommes face à un pouvoir entièrement à la solde des forces de l’argent et des groupes multinationaux.

Au nom du seul calcul égoïste, ils n’hésitent pas à piétiner, une fois de plus, l’intérêt général qui est de répondre à la demande d’un juste revenu pour les paysans. C’est pourtant aujourd’hui la condition nécessaire pour répondre au défi de la souveraineté alimentaire et du changement climatique. Nous avons mis en avant 45 propositions pour changer concrètement la situation et sauver notre modèle agricole familial.

Face à cette situation le MODEF appelle à continuer les mobilisations et les actions et au rassemblement partout où s’exerce cette extorsion de la valeur du travail agricole.

Dans le négoce, la grande distribution, l’industrie agroalimentaire, il n’y a plus de place pour les accapareurs !

Angoulême, le 31 janvier 2024,

Trésorier Adjoint du MODEF National

Christian REIGUE