La souveraineté alimentaire sombre dans l’oubli!

570

 

La production agricole manque de tout pour nourrir la France : fruits et légumes, viandes, oléagineux, protéagineux, céréales mis à part le blé.

Le MODEF porte l’idée de revenir à la souveraineté alimentaire. C’est possible, pour cela il faut que l’État s’en donne les moyens, d’autant plus qu’il le dit sans arrêt à qui veut l’entendre. Certaines conditions sont à remplir. Le MODEF les a mis en avant lors de son Congrès national. Il faut du revenu aux agriculteurs, une nouvelle répartition du foncier et un million de paysans.

Personne n’en a contesté le bien fondé ; le Ministre de l’Agriculture a même confirmé la position du gouvernement sur cette légitime ambition.

Malheureusement, dans le budget de l’agriculture prévu en 2024, la souveraineté alimentaire a sombré dans l’oubli. C’est scandaleux et très grave pour les 70 millions de Français qui ne pourront compter que sur les autres pays pour les nourrir.

CRÉER UN BUDGET SPÉCIFIQUE POUR LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE

C’est l’indépendance de la France et la garantie de se nourrir qui est en jeu ; le MODEF demande de créer un budget spécifique annuel pour aller vers la souveraineté alimentaire. On ne peut pas noyer la résolution de cette question au milieu d’un budget déjà beaucoup trop faible et fourre-tout.

Le MODEF va demander à rencontrer le Président de la République et le Ministre de l’Agriculture pour parler de la mise en place de cette proposition budgétaire indispensable pour réussir cette mission nationale.

Le MODEF avec les agriculteurs français ont la volonté de relever le défi et le réussir. Il faut seulement leur en donner les moyens !

 

Angoulême, le 22 novembre 2023

Le Vice-Président du MODEF

Raymond GIRARDI