Défendons les libertés syndicales

338

 

Le 6 septembre, Sébastien MENESPLIER, dirigeant de la Confédération CGT et Secrétaire général de la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT, est convoqué par la gendarmerie dans le cadre d’actions menées par les électriciens et gaziers contre la casse de notre système de retraites. Il n’est pas le seul militant, ils sont près de 1 000 sous la menace de licenciements, de sanctions disciplinaires, de convocations ou de poursuites judiciaires.

Dans un contexte de remise en cause de libertés fondamentales par le gouvernement, cette attaque contre la CGT s’inscrit dans la suite logique de ce qu’il se produit ces derniers mois comme la tentative de dissolution des Soulèvements de la Terre ou les menaces du Ministre de l’Intérieur contre la Ligue des droits de l’Homme.

Face à un pouvoir qui a multiplié les actes anti-démocratiques, les paysans ne laisseront pas le gouvernement menacer les militants syndicaux.

Le MODEF dénonce cette politique d’intimidation et cette criminalisation du syndicalisme.  Nous exigeons le respect des libertés syndicales et l’annulation des actions engagées contre Sébastien MENESPLIER et l’ensemble des militants syndicaux.

 

 

Angoulême, le 6 septembre 2023

Le Secrétaire Général du MODEF

Didier GADEA