Deux ans de volés

500

 

Emmanuel Macron n’a pas été élu pour son programme sur les retraites … le passage en force de cette réforme par 49.3 et la validation du Conseil constitutionnel témoigne – une fois de plus – de la trahison de la démocratie. Au soir de sa réélection en 2022, ne disait-t-il pas : « Le résultat de ce vote m’oblige » ?

Cette réforme ne suscite pas l’adhésion, avec 7 Français sur 10 toujours opposés à la réforme. Emmanuel MACRON a par ailleurs validé la réforme après la suppression de certains articles la rendant encore plus injuste. Refusant le projet de référendum d’initiative partagée, le déni de démocratie s’ancre un peu plus et le gouvernement MACRON attise la colère des travailleurs. Au pays de Jacquou le Croquant quand l’injustice règne, même parée des habits de la légalité, elle doit être combattue.

Le MODEF dénonce l’inconséquence de notre gouvernement sur les retraites : c’est une marche arrière forcée et indécente, ou le progrès social recule au profit d’une répartition des richesses toujours plus injuste, pourtant bel et bien produites dans notre pays.

Dans le monde agricole, des avancées ont eu lieu grâce à la loi CHASSAIGNE, celles-ci restent néanmoins insuffisantes et le MODEF demande toujours des modifications de la loi sur les retraites agricoles afin de permettre à tous les travailleurs de la terre d’avoir au minimum le smic pour une carrière complète.

Le Président annonce de nouveaux chantiers, notamment une réforme de la justice, de l’enseignement et du travail. Mais après le passage en force de la réforme sur les retraites, tout laisse à penser que ces dernières s’inscriront encore contre le progrès social.

Dans les villes et dans les champs, nous continuons d’affirmer que cette loi condamne ceux qui n’ont que leur travail pour vivre à courber davantage l’échine au seul bénéfice des forces de l’argent.

Ainsi, le Syndicat des Exploitants familiaux appelle tous les travailleurs, qu’ils soient de la terre comme d’ailleurs à se mobiliser le 1er mai, pour affirmer notre refus collectif d’une politique antisociale et pro libérale.

 

Angoulême, le 19 avril 2023,

Le Président du MODEF national

Pierre THOMAS