La vente de fruits et légumes au prix juste prévue le 20 août est annulée

0
253

 

L’action fruits et légumes du MODEF prévue le 20 août en région parisienne est annulée en raison de l’épidémie de coronavirus. Cependant, cette initiative va se poursuivre sous d’autres formes afin de maintenir et renforcer les liens entre les travailleurs de la terre et les habitants d’Ile de France.

Cette action annuelle permet de faire la démonstration du juste prix pour les consommateurs et de rémunérer correctement les producteurs. Depuis le déconfinement, les importations de fruits et légumes ont repris le dessus sur la production française. Chaque année 300 000 tomates sont importées ! 40 % des poires, pêches et nectarines et jusqu’à 75 % de raisin de table proviennent de produits étrangers ! Les importations sont importantes en décembre, pourtant 9 personnes sur 10 veulent que le gouvernement garantisse une autonomie agricole pour la France.

Les fruits et légumes ont été pénalisés par les mauvaises conditions climatiques en 2020. La pluie, la grêle, les vents violents ont causé énormément de dégâts dans les cultures fruitières et maraîchères. Dans le Vaucluse, la saison des fraises et des asperges a été très mauvaise car certains producteurs n’ont pas pu récolter leur production par manque de main d’œuvre à cause du confinement. Depuis plusieurs années, les producteurs de fruits et légumes ne se versent pas de salaire. Cette année avec le confinement, les prix payés à ces producteurs ont augmenté de 10,6 % en un an permettant de se dégager une légère rémunération.

Même si cette année, notre action n’aura pas lieu, le MODEF continue son combat pour obtenir des prix planchers garantis par l’État à hauteur des coûts de production conjugués à un coefficient multiplicateur entre le prix à la production et le prix de vente au consommateur.

Pour protéger la santé des consommateurs, le Syndicat des Exploitants Familiaux revendique :

  • L’arrêt de toutes les importations agricoles ne répondant pas aux mêmes règles environnementales, sanitaires et sociales,
  • De la transparence pour informer les consommateurs sur la provenance des produits agricoles y compris transformés,
  • L’interdiction du dumping sanitaire avec obligation de respecter le cahier des charges français,
  • L’obligation pour les entreprises de l’agroalimentaire et de la grande distribution de s’approvisionner en produits agricoles de France,
  • De privilégier l’approvisionnement local pour la restauration collective,
  • L’abrogation de la directive européenne qui oblige à 95 % des achats de la restauration collective par appels d’offres.

 

Angoulême, le 27 juillet 2020

Le Secrétaire Général du MODEF National,

Jean MOUZAT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici