Néonicotinoïdes : le gouvernement doit garder le cap

489

 

Le lundi 23 janvier 2023, le Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a annoncé la fin des dérogations de l’utilisation des semences de betteraves traitées avec des néonicotinoïdes en France. La Cour de justice de l’Union Européenne avait conclu dans un arrêté rendu le 19 janvier que les États membres ne peuvent pas ré-autoriser des molécules expressément interdites.

Le MODEF se félicite de cette annonce et s’était opposé aux dérogations autorisant les néonicotinoïdes en enrobage de semences pour les betteraves. Le gouvernement doit garder le cap et ne pas lâcher face aux menaces de la FNSEA. Cependant, il faut trouver des solutions adaptées pour les producteurs de betteraves face à la jaunisse. La France est le premier producteur européen de sucre et le deuxième producteur mondial de sucre de betterave.

Le MODEF réclame des prix garantis par l’État aux producteurs de betteraves et le retour des quotas sucriers. Le sucre et la betterave sous quota bénéficiaient de prix minimum élevés.

Il existe plusieurs solutions :

  • Le travail du sol permettant de détruire les larves de tipules et de taupins,
  • Réaliser deux faux semis avant l’implantation,
  • Pratiquer les rotations de cultures,
  • Éviter d’implanter du maïs derrière la culture de betteraves.
  • Des agents de lutte biologique peuvent être introduits sur les zones infectées comme les larves de coccinelle.

Si les producteurs sont confrontés à des pertes de récoltes en raison de la jaunisse, il faudra que l’État prenne ses responsabilités en déclenchant la solidarité nationale afin d’indemniser les agriculteurs.

 

Angoulême, le 3 février 2022

Le Secrétaire Général du MODEF national,

                            Didier GADEA

                          06 30 09 77 19