Solidarité avec les viticulteurs et producteurs sinistrés

786

Les violents orages de grêle qui se sont abattus samedi sur la façade de l’ouest du pays ont occasionné de nombreux dégâts sur les vignobles d’appellation Côtes de Blaye et Côtes de Bourg (nord du département), mais aussi dans le Haut-Médoc au nord de Bordeaux et dans la région de Cognac. Le MODEF apporte son soutien aux viticulteurs et producteurs qui ont perdu une nouvelle fois leur récolte.

Parmi tous les risques auxquels sont confrontés les paysans, l’aléa climatique est le plus incontrôlable. Les paysans font les frais d’importantes calamités mettant à mal pour beaucoup la pérennité de leur exploitation.

Le MODEF demande le déclenchement de la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle avec une prise en charge à 100 % des pertes subites par le Fond National de Gestion des Risques en Agriculture (FNGRA) sur les surfaces agricoles sinistrées.

Le contexte actuel devrait donc inciter l’État à revenir au principe juste et efficace d’assurance mutuelle publique de gestion et de prise en compte de l’ensemble des risques en Agriculture.

Le MODEF se bat depuis plusieurs années pour la mise en place d’un système basé en priorité sur la solidarité et destiné à protéger en premier lieu les exploitants familiaux. Le MODEF demande la création d’un régime mutuel d’assurance aléas climatiques et sanitaires prenant en compte l’ensemble des acteurs économiques encadré par l’État.

Cette caisse mutualiste d’assurance basée sur le régime des calamités agricoles ferait appel à la solidarité avec :
× un financement mettant à contribution les agriculteurs, l’État, l’agro-alimentaire, la grande distribution et les banques à raison de 25 % chacun,
× un montant d’indemnisation équivalent à 100 % des pertes subies.

L’objectif de cette caisse serait de faire en sorte que les petits et moyens exploitants puissent bénéficier d’indemnisation en cas de sinistre.

Il nous faut revenir aux principes de service public basés sur la solidarité avec partage des risques, l’égalité de traitement, l’équité des financements et une gestion démocratique et mutualiste.

Angoulême, le 28 mai 2018

Secrétaire national,
Jean-Luc-LAROCHE
05 45 21 01 05
Confédération nationale des Syndicats d’Exploitants familiaux