Zones défavorisées : reintégrer les territoires d’élevage

609

Suite aux réunions d’urgence de cette semaine sur la révision des zones défavorisées (ZDS), des propositions du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation permettent d’entrevoir des évolutions.
Le MODEF salue les diverses actions de ces derniers jours engagées par les agriculteurs du Sud-Ouest dont les exploitants du MODEF ont participé.

Le MODEF approuve les récentes propositions faites par le Ministère, qui permettent notamment de réintégrer une majorité de communes déclassées sur les départements de Haute-Garonne, du Lot-et-Garonne, du Lot, de la Dordogne et du Tarn-et-Garonne.

Néanmoins le MODEF demande à ce que les départements voisins tels que le Gers, les Deux-Sèvres et les Pyrénées-Atlantiques ne soient pas laissés pour compte. Des solutions en faveur de ces territoires doivent permettre de maintenir leur classement en zones défavorisées, d’autant que l’élevage y occupe une place prépondérante.

Le MODEF ne saurait se contenter d’un projet de carte des ZDS, encore bien trop incomplet et injuste pour qu’il soit satisfaisant pour nos éleveurs français.

Le MODEF insiste une fois de plus sur la nécessité de l’ICHN pour ces territoires, seule garante du maintien des élevages sur ces territoires à long terme. Les mesures compensatoires temporaires qui ont été promises pour les bénéficiaires sortants, ne retarderait que de quelques années la disparition des éleveurs sur ces départements.
En conséquence, le MODEF appelle les éleveurs oubliés à continuer leur lutte pour leur maintien en zone défavorisées, et conserver ainsi leur éligibilité à l’ICHN, seul espoir de voir perdurer veaux, vaches, et moutons encore longtemps.

Le MODEF s’oppose à l’ICHN végétale, l’ICHN doit rester exclusivement à destination des productions animales et continuer son rôle non négligeable dans le maintien des élevages sur de nombreux territoires.

Angoulême, le 9 février 2018

Le Vice-Président du MODEF,
Raymond GIRARDI
Tél :06 87 66 26 66