Une PAC au service des exploitants familiaux

569

La prochaine PAC 2020 doit remettre au cœur les objectifs de dégager un revenu pour les exploitants familiaux par des prix agricoles rémunérateurs, une régulation des marchés et une maîtrise des productions.

La PAC 2020-2025 s’oriente vers le modèle américain avec le FARM BILL pour augmenter la production pour exporter. Pour atteindre ceux-ci les américains ont mis en place une nouvelle politique qui sécurise le revenu du producteur au plan économique par le système assurantiel privé.

Le MODEF refuse ce modèle car les assurances privées ne vont pas permettre de gérer la volatilité des marchés et les aléas climatiques.

Le MODEF exige une réforme de la PAC qui prévoit des outils de régulation et de maîtrise des prix de production et des importations :
– Une répartition plus juste des aides en faveur de l’emploi paysan et des exploitations familiales,
– Le maintien du budget PAC français en maintenant les deux piliers à l’identique,
– Un plafonnement obligatoire des paiements directs, qui prend en compte le travail à
75 000 € par actif avec la mise en place d’une dégressivité à partir de 50 000 € par actif,
– Un soutien accru aux exploitations familiales, notamment par une augmentation de l’enveloppe nationale à 30 % du paiement redistributif,
– Une convergence des aides à 100% pour éviter les disparités entre agriculteurs,
– Un maintien du paiement vert pour la diversification des cultures et des systèmes agronomiques vertueux,
– Une augmentation de l’enveloppe des aides couplées en faveur de l’élevage et des productions fruitières et légumières de 15 à 20 % du budget du premier pilier,
– Et une politique d’aide pour l’autonomie fourragère des élevages avec le soutien de protéines végétales.

La PAC doit donner la priorité à une agriculture paysanne de proximité, riche d’emplois, de diversité et de paysages.

Angoulême, le 29 janvier 2018

Le Secrétaire Général,
Pierre THOMAS
Tél : 06 87 43 97 95

Contact Presse : Sophie ROY – 06 07 90 27 66