Stoppons le massacre incessant des exploitants

669

La commission sociale du MODEF s’est réunie hier, mardi 1er août, à Seilhac en Corrèze afin d’aborder les difficultés des agriculteurs concernant notamment les éleveurs de palmipèdes, les éleveurs laitiers et allaitants au même titre que les petits et moyens céréaliers et les retraités agricoles.

Les revenus professionnels annuels des exploitants ont chuté de 31 % en 2 ans et en 2015, 1/3 des agriculteurs soit 174 000 chefs d’exploitations ont gagné moins de 350 € par mois. Le MODEF craint que le seuil des 50 % soit franchi en 2016. Le nombre élevé et croissant des demandes de primes d’activité est passé de 153 000 de dépôts de demandes en 2016 à 254 000 en 2017. Fin mai 2017, 600 personnes ont déjà bénéficié du dispositif à l’aide au répit et 1 000 nouveaux bénéficiaires ont été détectés en juin 2017. Le MODEF dit stop au massacre qui s’acharne sur les exploitants. Les revenus des paysans et la pérennité des exploitations sont très fragilisés voire précaires, des milliers d’emplois salariés et non-salariés sont menacés de disparaître.

Le MODEF interpelle les pouvoirs publics face à cette situation et demande que soient prises des mesures législatives à l’échelle nationale et européenne, et exige l’exemption des règles de la libre concurrence européenne pour fixer des prix minimums garantis rémunérateurs pour les produits agricoles. Le MODEF exige la mise en place d’une cotisation sociale basée sur le nombre d’hectares sauf dans des zones particulières comme en zone de montagne et non sur le revenu professionnel d’un montant de 40 €/ha afin de financer le régime agricole actuellement déficitaire. Le MODEF va adresser un courrier à tous les maires de France afin de sensibiliser et prévenir des difficultés auxquelles sont confrontés nos exploitants et surtout éviter de nouvelles tragédies. Le MODEF a également prévu de rencontrer toutes les MSA de France et le Président de la MSA national. Lors de ces rencontres, le MODEF demandera aux responsables, élus et directeurs de la MSA de renforcer leurs services sociaux et contacter les personnes en difficulté lorsqu’elles n’ont pas payé leurs premières créances et les mettre immédiatement en relation avec les services sociaux. Dans l’urgence, le MODEF revendique la mise en place d’une cotisation minimale à 1 000 € pour toutes les personnes en situation difficile en gardant les mêmes droits maladies et retraites.

Le MODEF s’interroge fortement sur le droit au chômage et dans quelle condition il va être déclenché. Le MODEF demande la mise en place d’une aide au maintien de l’activité professionnelle pour toutes les exploitations qui se retrouvent en situation de difficulté. Le MODEF réclame un renforcement du dispositif à l’aide au répit et revendique un droit aux vacances de 5 semaines financé à 50 % par l’État et la MSA afin que nos exploitants puissent se libérer, se reposer et profiter de leurs familles.

La retraite moyenne d’un agriculteur en 2016 était de 736 euros soit largement inférieur au seuil de pauvreté nationale. Sans parler des anciennes exploitantes qui avoisinent les 350 euros, soit le montant de retraite le plus faible de France. Le MODEF demande en urgence au gouvernement de respecter le vote unanime concernant l’adoption du projet de loi de revalorisation des retraites agricoles porté par le député André CHASSAIGNE. Cependant cette revalorisation à 85 % du SMIC n’est pas suffisante. Le MODEF demande une retraite minimum à 1 200 € par mois pour toutes et tous. Le MODEF réclame de revenir à une durée de carrière de 37,5 années pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Le MODEF exige de passer à une retraite de réversion à 74 % au lieu de 54 % de la retraite que percevait ou aurait pu percevoir le conjoint décédé.

Le MODEF a prévu d’organiser une manifestation dans les prochains mois afin de faire entendre ses revendications pour sortir les exploitants et les retraités de cette spirale infernale imposée par les financiers et les lobbys.

Angoulême, le 2 août 2017

Marylène TARDY
Présidente de la Commission Sociale
Confédération nationale des Syndicats d’Exploitants familiaux