L’agriculture grande perdante dans les programmes présidentiels

0
384

La France est la première puissance agricole de l’Europe même si la part de l’agriculture dans l’activité économique française a chuté de moitié depuis 1980. En 2012, le secteur représentait 3,5 % du produit intérieur brut (PIB) contre plus de 6 % en 1980. En 25 ans, la France a perdu plus de la moitié des exploitations agricoles avec 490 000 fermes en 2010 alors qu’il y en avait plus d’un million dans les années 80. Le MODEF trouve regrettable que les candidats à la présidentielle n’attachent pas autant d’importance à la problématique agricole.

Le métier d’agriculteur, métier passion, est arrivé à un stade où il ne permet plus de faire vivre sa famille. Depuis 1997, la problématique du revenu est présente et elle ne fait qu’empirer depuis ces deux dernières années. Globalement l’agriculture familiale va très mal, les cessations d’activité se multiplient et faute de perspective de revenus et de financement les installations sont atones. Depuis des années, le MODEF dénonce les grandes orientations d’une politique agricole qui fait de la baisse des prix à la production son unique objectif. Cette politique oublie les femmes et les hommes qui travaillent pour nourrir le peuple, faire vivre et protéger les territoires et les espaces ruraux. En dehors d’une revalorisation d’urgence des prix, l’avenir des paysans, des territoires, de l’emploi et de l’environnement sera compromis.

Le MODEF présentera son programme agricole lors du salon de l’agriculture afin que les agriculteurs, les citoyens et les candidats à la présidentielle puissent connaître la vision de l’agriculture du MODEF. Le MODEF prône pour une agriculture rémunératrice, solidaire, durable, à taille humaine et créatrice d’emplois.

Le programme du MODEF se décline en six parties :
1. – Un revenu pour faire vivre l’agriculteur et sa famille,
2. – L’installation, un enjeu déterminant pour le devenir de notre agriculture,
3. – Une PAC au service des exploitants familiaux,
4. – Environnement : restons pragmatique,
5. – Dire stop au libéralisme sauvage,
6. – Une protection sociale agricole solidaire.

Le MODEF affirme que sans prix agricole rémunérateur, sans filet de sécurité, la France perdra sa souveraineté alimentaire notamment dans les productions de qualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici